FSU 13 - 23 boulevard Charles Nédelec - 13331 Marseille cedex 03 - Tél.: 04 91 08 58 77 - courriel : fsu13@orange.fr   
Qui sommes nous ?

Fermer La FSU 13

Fermer La FSU 13, ses syndicats

Fermer La FSU nationale

Fermer La FSU région Provence Alpes Côte d'Azur

Fermer Le blog de la FSU AIx-Marseille

Dernières publications...
Couverture 228

Bulletin de la FSU13 n°227



Couverture bulletin n 227.jpg


Bulletin de la FSU13 n°227


Vignette n°226

Bulletin de la FSU13 n°226


Couverture-FSU13-n225.jpg

Bulletin de la FSU13 n°225

Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Partenariats de la FSU

Partenariat Crédit Mutuel enseignant

cm.gif
Bienvenue sur Le site de la FSU 13

Communiqué FSU13 : Solidarité avec les migrants

 

160610_resf_toursky.jpg


Les migrants de Méditerranée sont l’objet d’échanges et de débats nauséabonds depuis quelques temps, avec une violence dans l’expression des propos désormais sans limite. Alors que les migrants fuient la misère et la guerre, des voix s’élèvent pour exprimer le rejet de l’autre, de l’étranger. Tout en brandissant le drapeau et entonnant l’hymne national, ces voix hurlent et vocifèrent des slogans haineux.

 

Les élus du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur, présidé par Christian Estrosi, se situent dans le droit fil de cette stratégie en adoptant une motion contre l’accueil des migrants dans la région, lors de l'assemblée plénière du jeudi 3 novembre 2016. Ainsi, a été adoptée à l'unanimité (120 voix), moins une abstention et deux "non vote", une motion qui vise à s'opposer à l'accueil des migrants dit "clandestins". Nous assistons une fois de plus à la convergence d’idées entre des représentants de la droite républicaine à la Région PACA et l’extrême droite à propos de la question de l’accueil des réfugiés.

 

Face à l’effroyable réalité de près de 4 000 morts en Méditerranée en 2016 auxquels s’ajoutent ceux des années précédentes, peut-on admettre que notre pays ne soit plus en capacité de proposer des réponses adaptées avec dignité ? Peut-on vraiment croire que notre pays ne puisse plus répondre à son idéal d’universalité des valeurs d’égalité et de fraternité ?

 

Historiquement terre d’accueil la population de notre région s’est constituée par des vagues et les apports des migrations successives. Les situations ne sont pas toutes comparables mais la France a toujours répondu positivement aux migrants, quelles qu’aient été les situations économiques. Les campagnes électorales ne doivent pas devenir un concours Lépine de la surenchère au repli sur soi, au triomphe du nationalisme, des idées du passé. Au contraire, elles doivent permettre la déclinaison de nouvelles propositions où les valeurs d’humanisme, de partage et de progrès pour tous seraient au cœur des différents projets.

 

La FSU13 condamne vivement cette position politique de l’Assemblée régionale qui va à l’encontre de principes intangibles de fraternité et de solidarité de notre République. Ainsi les militants de la FSU exercent  et continueront d’exercer tous les jours leurs métiers en accueillant tous les enfants scolarisés et scolarisables sans distinction, quelles que soient les difficultés et les moyens insuffisants dans les conditions de travail. Ils se retrouvent aussi dans le RESF pour faire valoir le droit imprescriptible à l’éducation de tous.

 

La FSU13 appelle donc l’ensemble de ses adhérents à tout mettre en œuvre pour combattre ces idées de rejet de l’étranger, pour lutter contre toutes les formes de discrimination sur nos lieux de travail et à poursuivre leur investissement dans les actions solidaires en faveur de l'accueil des  réfugiés et des migrants.

 

En outre, elle appelle à renforcer la vigilance et le suivi des décisions des autorités territoriales qui s'opposent à l'accueil des migrants (refus d’entrée sur le territoire de leur collectivité, non mise en œuvre d'une prise en charge décente et digne, suppression des financements aux associations qui les aident, multiplication des difficultés d’insertion et d’éducation, …) afin d'intervenir en mobilisant les acteurs des réseaux, associatifs, politiques et syndicaux au sein d’actions qui visent à identifier et à dénoncer ces pratiques.

 


  

 
Les 10 derniers billets

Appel unitaire pour les services publics - par Webmaster


 

 

APPEL CITOYEN

 

 

 

POUR LES SERVICES PUBLICS ET LA PROTECTION SOCIALE

DU XXIème SIECLE

 

La Convergence, qui rassemble des collectifs locaux, des associations, des organisations syndicales et des partis politiques, appelle à mener des débats et à construire des convergences entre militant-e-s, usagers, personnels et élu-e-s. Elle est à la fois un outil précieux pour construire et articuler des mobilisations locales et nationales et un lieu de réflexion, un creuset, où peuvent s’élaborer les principes futurs de l’organisation des services publics.

 

Il s’agit de défendre et de proposer :

-          Défendre, car la politique d’austérité, les multiples avatars des réformes de l’Etat et les contraintes européennes portent des coups très durs aux services publics en France ;

-          Proposer, car les besoins et les enjeux actuels appellent à des transformations, à la création de nouveaux services publics et à la reconquête de ceux qui ont été privatisés.

 

Pourquoi ces Assises ?

Les services publics et la protection sociale sont aujourd’hui remis en cause à la fois au niveau national - comme en témoignent la politique suivie par les gouvernements successifs et les débats de la « primaire de la droite et du centre » dont les candidats se disputent pour savoir lequel supprimera le plus de postes de fonctionnaires – et au niveau international à travers les différents projets de traités commerciaux (TISA, CETA, TAFTA, …). Les services publics sont une composante majeure de tout projet de société solidaire, démocratique et écologique hors de la férule du marché. Ces Assises visent donc à élaborer collectivement des propositions pour les services publics qui soient à la hauteur des enjeux du XXIème siècle.

Lors du débat sur la Sécurité Sociale, a été soulignée la nécessité de faire entendre des voix convergentes pour sa défense et son développement, sachant que les moyens financiers existent pour répondre aux besoins d’aujourd’hui et de demain.

 

Quelles perspectives ?

Nous souhaitons nous adresser à l’ensemble des citoyen-ne-s qui devront se prononcer, à travers leurs votes au printemps prochain, sur l’avenir des services publics. Au-delà nous voulons rassembler, débatte et agir pour cet objectif notamment en se saisissant du projet de manifeste comme d’un outil à enrichir dans la pratique.

Nous voulons conjuguer toutes les initiatives et les actions nécessaires pour faire des services publics un enjeu sociétal et environnemental majeur, les rendre à la fois plus démocratiques, plus articulés sur les besoins des populations et améliorer les conditions de travail de celles et ceux qui les font vivre au quotidien. Ensemble, conjuguons nos efforts pour que renaisse l’espoir d’une société solidaire.

Montreuil le 19 novembre 2016

 

www.convergence-sp.org / facebook : Convergence Services Publics / ConvergenceServicesPublics@gma il.com / 07 81 58 32 16

... / ... Lire la suite

Publié le 28/11/2016 - 20:14  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Déclaration FSU lors du Conseil Fonction Publique - par FSU -nationale-

Déclaration préalable de la FSU, lors du CCFP du 10 Novembre 2016

 

La FSU regrette l'absence de la Ministre à ce Conseil commun de la Fonction publique car nous sommes dans une période particulière qui nécessite des échanges approfondis et un engagement fort en faveur de la Fonction publique.

 

La FSU s'étonne du silence sur les 70 ans du statut de la Fonction publique car elle considère que cela aurait mérité d'être célébré. La FSU l'a fait le 19 octobre dernier et organise un moment de débat pour marquer cet anniversaire non pas par nostalgie d'un temps passé mais parce que ce regard sur le passé permet d'éclairer l'avenir. Et la Fonction publique a besoin que nous lui donnions des perspectives d'avenir. Elle est un très bon outil pour répondre aux besoins de la population et de tous les usagers sur tout le territoire, elle fonctionne sur la base de valeurs et principes essentiels pour favoriser la cohésion sociale. Pour faire vivre cela, elle la capacité à s'adapter et le devoir de le faire.

 

Ceci est d'autant plus important dans le contexte. La FSU s'inquiète des propos qui sont tenus ici ou là sur la Fonction publique (de la journée de carence au temps de travail des agents en passant par les coûts qui seraient excessifs pour la société…), discours qui conduisent ouvertement à une remise en cause de l'efficacité même de la Fonction publique et de la qualité des services rendus, qui sèment le doute sur l'engagement et le travail des agents. Ces propos donnent une vision totalement passéiste et poussièreuse d'une Fonction publique qui n'évoluerait pas, qui ne serait pas en phase avec son temps.

Tout cela cache mal des projets destructeurs pour la Fonction publique au bénéfice de services marchands qui sans aucun doute mettront à mal les solidarités et la cohésion sociale du pays.

 

Face à cela nous avons besoin d'un engagement sans faille du gouvernement pour non seulement défendre la Fonction publique et ses agents mais aussi pour lui construire un avenir.

Le rapport annuel présenté à ce CCFP va nous permettre de revenir sur nombre de points aujourd'hui essentiel pour conforter les missions des agents et le rôle de la Fonction publique sur l'ensemble du territoire.

... / ... Lire la suite

Publié le 25/11/2016 - 11:18  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Défense du centre culturel Busserine - par Webmaster

Défense du Centre culturel de la Busserine


Après une tentative de fermeture de l'Espace Culturel Busserine en février 2016, avortée grâce à la forte mobilisation de la population, la Mairie 13/14 continue ses attaques en règle contre cet équipement et ses missions de service public.

L'arrêt de la programmation tout public, des ateliers de pratique artistique, du soutien aux compagnies locales, l'incertitude budgétaire, les pressions répétées sur le personnel de l'Espace Culturel Busserine, sont autant de démonstrations de la volonté de démantèlement d'une action culturelle de proximité qualitative. Du jamais vu en 30 ans d'existence !

Le collectif "Nos Quartiers ont besoin de l'Espace Culturel Busserine", créé dès les premières attaques de la Mairie, mobilise la population, les acteurs de terrain, les artistes, pour que cette salle de spectacle continue ses missions de service public. Son combat a d'ores et déjà trouvé de nombreux appuis auprès des artistes, habitants du secteur, associations, travailleurs sociaux, parents d'élèves, enseignants, mais également des syndicats.

La presse s'est faite l'écho à plusieurs reprises d'un conflit ubuesque.

La pression mise en œuvre a déjà permis une remise en route partielle de l'activité de la structure mais la mairie de secteur s'oppose toujours à une programmation tout public régulière, au développement des projets des artistes, à des pratiques artistiques de qualité, au partenariat avec les autres structures du territoire. Elle refuse également l'attribution d'un budget permettant à l'équipement de fonctionner normalement, exerce des pressions sur le personnel ( menaces de suspension de congés, sanctions administratives, tentatives de redéploiement de l'équipe, blocage de carrière, refus de formation... )

Alors que se profilent des travaux sur l'Espace Culturel , aucune assurance n'a été donnée sur le maintien d'une activité au cours de cette période. Aucune réponse aux propositions de programmation "Hors les murs" faites par l'équipe de l'ECB pour l'année 2017.

La mobilisation est plus que jamais nécessaire pour que la culture soit toujours accessible à tous dans nos quartiers. C'est grâce à elle que l'Espace Culturel Busserine pourra continuer sa mission de service public.

La Culture n'est pas un luxe, c'est une nécessité

 

Venez nombreux pour en débattre

Samedi 10 Décembre, entre 12H et 17H

Contre social Agora

... / ... Lire la suite

Publié le 20/11/2016 - 21:13  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Résultats des élections ESPE - par Catherine Fuchs

Résultats des élections à l'ESPE 

Les 18 et 19 octobre ont eu lieu les élections permettant d'élire les représentants des étudiants dans les différentes instances de l'ESPE. La FSU a présenté sa liste.

 

Les élections qui se sont déroulées les 18 et 19 octobre étaient des élections partielles. Il s'agissait d'élire des représentants des étudiants et des stagiaires pour remplacer ceux qui ont quitté l'ESPE en juin car ils avaient terminé leur M2. Ceux qui ont été élu l'année dernière alors qu'ils étaient en M1 conservent leurs sièges cette année.

 

 

Il y avait deux listes candidates : celle de la FSU et celle d'un groupe d'étudiants sans étiquette de l'ESPE d'Avignon nommée "Mobilisons-nous pour les étudiants". La CGT, qui conserve les sièges qu'elle a remportés l'année dernière, n'avait pas présenté de liste.

Malgré l'annonce des élections et les rappels adressés aux étudiants et aux stagiaires, le taux de participation à ce scrutin a été très faible. En effet environ 5% seulement des inscrits ont voté. Cela a profité à la liste "Mobilisons-nous..." qui a obtenu un pourcentage de voix assez important pour gagner un siège.

 

 

La répartition des sièges dans les instances pour cette année est donc la suivante :

 

 

Conseil consultatif : CGT : 2 sièges conservés / FSU : 1 siège / Mobilisons-nous : 1 siège

 

 

Conseil d'école : CGT : 2 sièges conservés / FSU : 1 siège / Mobilisons-nous : 1 siège

 

 

Commissions de sites :

 

 

Aix (1 siège à pourvoir) : FSU : 1 siège

 

 

Marseille (4 sièges à pourvoir) : FSU : 4 sièges

 

 

Avignon (3 sièges à pourvoir) : Mobilisons-nous : 3 sièges

 

Digne (3 sièges à pourvoir) : MEEF Digne : 3 sièges. A Digne, la formation est prévue uniquement pour le concours du 1er degré et les lauréats de ce concours.

... / ... Lire la suite

Publié le 14/11/2016 - 15:24  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Colloque Education, à Paris - par FSU -nationale-

Colloque éducation "Pour la réussite de tous les élèves"

La FSU entend s'inscrire dans les débats de la période préélectorale et peser en donnant une visibilité à son projet pour l'école ; pour ce faire, elle a décidé de mettre l'éducation au centre des débats.

Cette initiative a pour but de s’adresser aux personnels de l’Education, à l’opinion publique et aux responsables politiques.
Ce colloque rendra compte des préoccupations des personnels, de leur métier, et du projet éducatif de la fédération.

Mardi 6 décembre


9h30 accueil

10h00 présentation et ouverture du colloque par Bernadette Groison

Table ronde : Former les élèves, dans quel but ?
Avec Nico Hirtt, Professeur en physique et mathématiques et Nathalie Mons, Présidente du CNESCO et Professeure des universités en Sociologie à l’Université de Cergy Pontoise

14h -14h30 Restitution d’un sondage  par Jean Daniel Lévy, Directeur du département Politique et Opinion de l’institut Harris Interactive.

14h30  4 témoignages de personnels de l’Education

14h45 Comment lutter contre les inégalités dans le système scolaire ?
Intervention de Jean Paul Delahaye, Igen honoraire et ancien conseiller spécial de Vincent Peillon, ancien Degesco

16h  4 témoignages d’enseignants

16h30  Comment former les enseignants ?  Avec Martine Jaubert formatrice à l’ESPE de Bordeaux

18h30 Moment convivial


Mercredi 7 décembre

9h00  Tempête sous un crâne extraits du film de Clara Bouffartigues,
Bravo ! A la maternelle on apprend ! réalisé par le Snuipp-Fsu

9h30 Démocratiser la réussite scolaire !  Avec Stéphane Bonnéry, professeur des universités en Sciences de l’éducation à l’Université Paris 8

11h -11h15 4 témoignages d’enseignants

11h15-12h Quelles questions pose la laïcité à l’Ecole aujourd’hui ? Avec Benoît Falaize chargé d’étude laïcité et valeurs de la république à la Dgesco et historien et Professeur à l’université de Cergy Pontoise

12h  Clôture par Bernadette Groison, Secrétaire générale de la FSU

 

... / ... Lire la suite

Publié le 08/11/2016 - 18:24  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Publication militante - par Webmaster

 Notre camarade, Gérard Leidet, publie :

Marseille, port d’attaches ( Editions de l’Atelier) par Robert Guédiguian et Gérard Leidet 

 

Des beaux livres sur Marseille, il en existe beaucoup. Mais c'est une approche très singulière que cet ouvrage-ci propose, puisque c'est à la mémoire populaire de Marseille qu'il s'intéresse.  Cinq historiens, membres de l'association Provence, mémoire et monde ouvrier (Promémo) ont réalisé de nombreux entretiens et réuni une grande quantité de photographies issues d'archives familiales ; le résultat de cette immense collecte, c'est une sélection précieuse de photographies et de témoignages qui, regroupés par thèmes, raniment le Marseille populaire du siècle dernier, encore tellement vivant dans la mémoire de ses habitants. L'enfance, la mer, l'exil, les luttes sociales, la culture et les loisirs, le sport, la jeunesse, la famille... : ces thèmes, qui ordonnent le livre, donnent lieu à des récits inattendus, des histoires tendres, des souvenirs heureux ou douloureux, et la mosaïque colorée que forme l'ensemble des témoignages et photos dessine au fil des pages la prodigieuse singularité de la cité phocéenne et de ses habitants. 

Dans un large texte d'ouverture, Robert Guédiguian porte sur ces images et récits le regard aiguisé du cinéaste qui a fait de sa ville natale, et plus particulièrement du Marseille populaire, le décor de prédilection de ses films. Illustré par une centaine de photos, ce livre ressuscite le Marseille d'hier, sans regret passéiste ni fascination nostalgique, mais avec le souci de puiser dans la mémoire marseillaise pour donner à entendre et à voir l'histoire sensible de cette ville à part.

- est disponible en librairie,  au prix de 30, 00 euros .

 - ou en souscription chez l’auteur, chèque de 25, 00 euros, à l’ordre de Promémo :

 Gérard Leidet /  Cité nord /   3 rue du thym /  13 850 Gréasque

 
Initiative :  le 26/11 au  Funiculaire / bar à vin- librairie, de 17 h à 19 h.17 rue Poggioli 13006 Marseille

... / ... Lire la suite

Publié le 06/11/2016 - 19:15  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Agenda - par Webmaster

  AGENDA MILITANT 

 

-Jeudi 17 Novembre : Grève à l'appel de l'intersyndicale, pour la défense des lycées ZEP Manifestation au départ du lycée Le Chatellier à 14H

-Lundi 21 Novembre à Marseille (Bourse du Travail) : Stage sur "combattre l’extrême droite et résistances" organisé par le Snuipp (ouvert à tous). Historique, dangers, progression, expériences de résistance et contre-argumentaire.

 -Mardi 22 Novembre à Salon de Provence (Maison de la vie associative) : Stage sur "combattre l’extrême droite et résistances" organisé par le Snuipp (ouvert à tous). Historique, dangers, progression, expériences de résistance et contre-argumentaire.

- Mardi 22 Novembre de 18h30à 20h30  : ATTAC organise un débat sur le thème suivant : "de la Cop 21 à la Cop 22 : enjeux et perspectives", dans ses locaux, boulevard longchaps à Marseille

- Vendredi 25 Novembre (centre de Marseille) : Journée Internationale de lutte contre les violences faites aux femmes (organisé par le collectif 13 Droits des femmes et soutenu par la FSU13)

- Samedi 26 Novembre, fac Saint-Charles, 13h30 : "6H pour la paix", à l'initiative du Mouvement de la Paix des BdR.

- Mardi 29 Novembre : Nouvelle action (grève et manif) des lycées ZEP

 
-Jeudi 08 Décembre : Elections à la Métropole.  VOTEZ ET FAITES VOTER FSU (SNUTER)

- Semaine du 12 au 18 Décembre : Semaine de solidarité avec les Migrants, organisée par RESF (divers happening le 17 rue Saint Ferréol ;  le 18 à la Joliette)

- Jeudi 19 Janvier : Stage FSU sur le Droit des femmes. Précisions à venir.

... / ... Lire la suite

Publié le 06/11/2016 - 19:02  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Pour le sport, de la maternelle à l'Université ! - par SNEP - Andjelko Svrdlin

Mensonges, communication, élimination !

 

Madame la Ministre avait déclaré l’année scolaire 2015/2016 celle du sport de l’école à l’université (ESEU). Le SNEP-FSU a pu affirmer devant la Ministre qu’une telle déclaration devait être suivie d’actes cohérents.
De plus, sur le site officiel de candidature de la ville de Paris pour les Jeux olympiques nous pouvons lire : « Citons, parmi les projets déjà identifiés par Paris 2024 et ses partenaires, un programme national d’éducation à la citoyenneté au travers des valeurs olympiques, un concours national autour de la culture olympique dans les établissements scolaires français, ou encore un plan national de promotion des valeurs de l’Olympisme à l’occasion des journées olympique et du sport scolaire, des compétitions de jeunes et des grands évènements sportifs organisés en France. »
Le « monde » de l’Education nationale est donc directement impliqué. Une nouvelle fois, le SNEP-FSU s’est positionné pour la coopération d’un sport et d’un projet olympique porteurs de progrès social et émancipateurs.
Quelle désillusion devant la trahison opérée à travers le chantier des programmes d’EPS ignorant superbement la culture sportive. Que dire de plus de la disparition historique de l’épreuve d’EPS du diplôme national de brevet (DNB) ? Le SNEP-FSU s’est inscrit dans la lutte à travers laquelle la culture sportive doit trouver toute sa place dans le cadre du service public d’éducation.

 

Une pétition a été mise en ligne : http://www.snepfsu.net/phpetitions/dnb1617/index.php3

... / ... Lire la suite

Publié le 23/10/2016 - 16:19  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Pour les Non Titulaires, courrier au Premier Ministre - par FSU nationale - B Groison -

Les Lilas le 20 octobre 2016

 

Monsieur le Premier Ministre,

Par ce présent courrier, je viens interpeller solennellement le gouvernement sur la question des agents non titulaires dans la Fonction Publique.

La FSU fait de la lutte contre la précarité un enjeu majeur. Le maintien d’un volant global de plus de 17% de personnels non titulaires, soit près d’un million d’agents, n’est bon ni pour les personnes concernées dont les conditions d’emploi et de rémunération sont souvent très défavorables, ni pour la Fonction publique.

La FSU a organisé le 13 octobre dernier une journée de témoignages et d’expression des agents non titulaires. Quatre ministères ont reçu à cette occasion des délégations en audience (Justice, Agriculture, Education Nationale, Fonction Publique). L'annexe jointe à ce courrier vous donne la synthèse de ces rencontres.

Beaucoup de nos collègues ont témoigné au cours de cette journée d’une situation professionnelle et personnelle dégradée rendue difficile par les conditions d’emploi : contrats très courts, temps partiels subis, sans évolution de salaires depuis plusieurs années, exclusion du CDI pour avoir eu, malgré eux, des interruptions de contrats ou des changements de nature du contrat alors même que les fonctions exercées sont sensiblement les mêmes, sentiment d’arbitraire dans la décision du non-renouvellement, d'affectation,  impossibilité de se projeter dans un avenir serein. Certaines situations montraient même l’irrespect, par des employeurs publics, de la législation en la matière.

Comment imaginer, dans ces conditions d’emploi, que le service public soit rendu efficacement ?

La FSU ne peut se résoudre à accepter cette situation. Elle considère que trop peu d’avancées ont été mises en œuvre. En effet, après 4 sessions de recrutement réservé, la loi dite Sauvadet a exclu une majorité des contractuels de l’accès au statut de fonctionnaire. Ceci est principalement lié aux conditions d’éligibilité trop restrictives, mais aussi à d’autres facteurs comme l’insuffisance des formations proposées.

Le Gouvernement ne propose actuellement que la prolongation de ce dispositif réservé jusqu'à la session 2018.

Nous demandons que la loi Sauvadet soit aménagée (suppression de l’exigence des deux ans de service avant le 31 mars, suppression de la limitation imposée par les temps incomplets, suppression de l’exigence d’être en contrat au premier trimestre 2011 ou 2013, retenir comme seul critère une ancienneté de 4 ans sur une période de 6 ans à la date de clôture des inscriptions).

Nous demandons aussi que des discussions avec les organisations syndicales soient ouvertes sur ces points. En effet, la prolongation du plan Sauvadet ne pourra suffire à résorber la précarité. Il s'agit donc de rediscuter d'un plan de titularisation ouvert à tous les non titulaires.

Il est également encore temps de prendre toutes les mesures allant dans le sens d’une harmonisation des droits entre titulaires et non titulaires. Le droit à la formation est de ce point de vue primordial pour les non titulaires. Il s'agit d’une part de leur permettre une prise de poste dans de bonnes conditions et d’autre part de les accompagner au mieux dans les préparations de concours parfois prévues dans les contrats. Dans le cadre des discussions ouvertes sur la mise en œuvre d’un Compte personnel de formation dans la Fonction Publique, il est possible et souhaitable d’abonder plus particulièrement et dès la première année, les droits des agents non titulaires. L’accès aux dispositifs de l’action sociale doit lui aussi être amélioré.

Enfin, rien ne se fera sans une politique de recrutement ambitieuse et respectueuse du cadre réglementaire, entre autres par les collectivités locales. Cela passe en particulier par des pré-recrutements. L’absence de viviers est en effet un des facteurs explicatifs du recours toujours plus important aux personnels non titulaires. Nous demandons des discussions sur ce point afin d'envisager les recrutements nécessaires à la Fonction publique.

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, en l’expression de mes salutations respectueuses.

 

Bernadette Groison secrétaire générale de la FSU

 


... / ... Lire la suite

Publié le 21/10/2016 - 09:25  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Pour la défense des lycées ZEP - par Intersyndicale lycées ZEP

Appel à la grève de l’intersyndicale académique, dans les lycées ZEP


SNES-FSU, CGT Educ’action, Sud Education, SNETAA FO, SN FO LC, SGEN CFDT, SNEP-FSU, SNUEP-FSU, CNT-SO, SIAES-FAEN

Face à la mobilisation croissante dans les académies d’Aix-Marseille, Paris, Créteil et Versailles, le Ministère s’entête à ne pas ouvrir le chantier des lycées de l’éducation prioritaire. La prolongation du dispositif transitoire jusqu’en 2019 laisse le problème entier.

Le Ministère de l’Education nationale doit maintenant répondre et publier une carte élargie des lycées professionnels, généraux et technologiques en Education prioritaire. Il y a urgence à mettre en œuvre un politique ambitieuse de réduction des inégalités scolaires favorisant la réussite de toutes et tous en lycée et lycée professionnel. Les collégiens issus de l’Education prioritaire ont le droit de poursuivre leur scolarité dans des lycées généraux, technologiques ou professionnels de l’Education prioritaire.

Il y a urgence à reconnaître la spécificité de l’enseignement dans les lycées de l’Education prioritaire, en terme de besoins des élèves et de conditions de travail des enseignants. C’est pourquoi le Ministère doit ouvrir immédiatement le chantier de la politique d’Education prioritaire en direction des lycéens et garantir sans plus de délai le classement des lycées professionnels, généraux et technologiques, qui le requièrent, en Education prioritaire sur la base de critères nationaux transparents, tenant compte des spécificités des LGT et LP, notamment les critères sociaux mais aussi la proportion des élèves entrant en seconde en provenance de collèges REP/REP +. Aucune sortie de lycée ou LP relevant de l’Education prioritaire ne saurait être acceptée.

L’intersyndicale appelle les personnels à amplifier la mobilisation sur la base des revendications suivantes :

 Elaboration, dans la concertation, de cartes des lycées, des LP, de l'Education prioritaire.

 Attribution d’un label de classement en « Education prioritaire » donnant lieu à une dotation spécifique garantissant à la fois une réduction significative des effectifs par classe, tenant compte des besoins spécifiques des publics accueillis et de leurs filières de formation en LGT ou en LP, et les moyens nécessaires à la mise en place de dédoublements en volume conséquent.

 Attribution de l’indemnité REP et maintien des droits aux bonifications de carrière et aux bonifications pour mutations. 

 Extension de l’indemnité REP à tous les personnels en exercice, notamment de vie scolaire (AED, AESH…).

L’intersyndicale travaille à coordonner les actions. Elle appelle les personnels à la grève le jeudi 17 novembre et elle appelle :

 A se réunir en assemblée générale intersyndicale le lundi 7 novembre à 17 h 30 à la Bourse du Travail pour mettre en commun le travail de mobilisation en vue du jeudi 17 novembre.

 à voter la grève le 17 novembre, en Heure d’Information Syndicale ou en AG, dans les jours qui suivent, établissement par établissement. 

 A préparer dans les établissements une journée « lycées morts » le jeudi 17 novembre

 A participer à la manifestation du LP Le Chatelier (14 h) jusqu'aux escaliers de la Gare St-Charles (15h) le jeudi 17 novembre

 à participer à l'AG intersyndicale qu'elle réunira à la Bourse du Travail à 17 h le jeudi 17 novembre pour faire le bilan de la journée et débattre des suites de l'action.

... / ... Lire la suite

Publié le 18/10/2016 - 09:34  Prévisualiser  Imprimer l'article 
 
Congrès FSU 2016
L'actu en image

160629tablerondesyndicalisme.jpg
Mercredi  29 Juin à la Bourse du travail de Marseille, la FSU13 organisait une table ronde intersyndicale (FSU CGT Solidaires UNL) sur l'état du syndicalisme en France, les propositions à faire, à la lumière des mobilisations contre le projet de loi Travail, 50 militant-tes y ont participé.
160628manifmars.jpg
Pour la onzième fois, plusieurs milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Marseille pour le retrait du projet de loi Travail en accord avec l'immense majorité des Français.
160625RESF.jpg
Parrainage citoyen organisé par le RESF à Marseille, le samedi 25 juin au théâtre Toursky, avec le soutien de Richard Martin, des syndicats enseignants, de nombreux militant-es de la FSU. 250 personnes sans papiers, enfants et familles ont été prises en charge et "placées sous la protection" de nombreux soutiens pour obtenir leur régularisation.
160623manifmars.jpg
12000 manifestants à Marseille, le 23 Juin, contre la loi Travail, pour de nouveaux droits des salariés, la mobilisation continue.
160623_snuter13.jpg
80 délégués du SDU-FSU13, se sont réunis le 23 Juin à Marseille et ont décidé à l'unanimité de rejoindre le SnuTER FSU le nouveau syndicat de la territoriale, en créant le SnuTER13, pour mieux défendre les personnels, pour une fonction publique territoriale en phase avec les besoins des citoyens.
160616renoir.jpg
200 enseignants, parents, travailleurs sociaux se sont rassemblées devant le collège Renoir 13013 Marseille, pour dénoncer l'hyperviolence et demander que les accès au collège soient sécurisés 
160614manif_mars1.jpg
Plusieurs dizaines de milliers de manifestants à Marseille (plus grosse manif depuis le début du mouvement), pour le retrait du projet de loi travail, pour de nouveaux droits pour les salariés, une FSU dynamique, nombreuse à l'image de l'ensemble de la manifestation 
160613rassemblementorlando.jpg
Marseille le 13 juin, 500 personnes se sont rassemblées en hommage aux victimes de la tuerie d'Orlando, contre la LGBTphobie, la barbarie, tous les intégrismes, tous les fascismes. La FSU13 y était 
160609retraites.jpg
500 retraité-es manifestaient dans l'unité le 9 juin à Marseille, pour la défense de leur pouvoir d'achat et de leurs conditions de vie. Ils ont rejoint ensuite le rassemblement interpro.
160531miramas.jpg
Le mardi 31 mai, une action intersyndicale a mobilisé sur la plate-forme intermodale clésud de Miramas. Des enseignants de la FSU de Martigues, d'Istres et de Marseille étaient présents pour rappeler au gouvernement que les salariés de la fonction publique, sont déterminés à obtenir le retrait de la loi travail.
160526_manif_fsu3.jpg
Jeudi 26 mai, plusieurs milliers de manifestants dans les rues de Marseille, pour exiger le déblocage politique de la situation, le retrait du projet de loi. Puissant cortège de la FSU

IMG_0882.jpg
28 avril, 12 mai, 17 mai, 19 mai 2016, à chaque reprise plusieurs milliers de manifestants contre le projet de loi travail à l'appel de l'intersyndicale

^ Haut ^