FSU 13 - 23 boulevard Charles Nédelec - 13331 Marseille cedex 03 - Tél.: 04 91 08 58 77 - courriel : fsu13@orange.fr   
Qui sommes nous ?

Fermer La FSU 13

Fermer La FSU 13, ses syndicats

Fermer La FSU nationale

Fermer La FSU région Provence Alpes Côte d'Azur

Fermer Le blog de la FSU AIx-Marseille

Dernières publications...

Vignette num 233

Bulletin de la FSU13 n°233




Bulletin de la FSU13 n°232


Couverture num 231


Bulletin de la FSU13 n°231




Bulletin de la FSU n°230




Bulletin de la FSU13 n°229

Couverture 228

Bulletin de la FSU13 n°228



Couverture bulletin n 227.jpg

Bulletin de la FSU13 n°227


Vignette n°226

Bulletin de la FSU13 n°226

Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Partenariats de la FSU

Partenariat Crédit Mutuel enseignant

cm.gif
Bienvenue sur Le site de la FSU 13


     

    POUR LES MISSIONS PUBLIQUES,

    L’EMPLOI, LE POUVOIR D’ACHAT ,

     

    GREVE ET MANIFESTATIONS

    Samedi 14 avril : 14h00 sur Vieux Port (RdV FSU en bas de la Canebière, face au Burger King)
    Jeudi 19 avril : 10h30 sur le Vieux Port

     

    La FSU 13 considère que le gouvernement est maintenant entré dans une phase importante de son offensive libérale.
    
Les annonces du Ministre Dussopt sur la Fonction Publique sont gravissimes (refonte du statut général de la fonction publique, multiplication des contractuels et diminution des statutaires, rémunération au mérite). Le programme "Action Publique 2022" vise à annoncer les missions dont l'Etat entend se désengager par abandon ou privatisation. Ceci s’effectuerait dans le contexte d’une suppression massive de 150 00 postes de fonctionnaires, en particulier dans la Fonction publique Territoriale (FPT). En écho aux propos de Pierre Bourdieu en 1995, c'est la conception française de la fonction publique et des services publics qui est attaquée.
    
C'est la raison pour laquelle la FSU 13 appelle les collègues et les agents à se mobiliser fortement pour la défense du statut de la fonction publique, du code des pensions, et la défense des services publics, éléments déterminants des politiques publiques de redistribution et d'égalité. Il appelle à veiller à une organisation de la République qui renforce les libertés publiques et l'implication des citoyens dans la vie démocratique, qui soit cohérente avec l'égalité de traitement des citoyens et qui permette la mise en oeuvre de politiques fraternelles de redistribution et de lutte contre les inégalités.
    
Les mobilisations à venir sont déterminantes. C’est pourquoi la FSU13 appelle tous ses militants à mener le débat de conviction dans chaque lieu de travail et auprès de tous les collègues, en HIS ou en AG, , pour contribuer à la prise de conscience des enjeux, mettre en débat nos analyses et revendications, élargir la mobilisation au plus grand nombre.

    - Samedi 14 avril 2018 :  la FSU13 appelle à participer à 2 manifestations :
              -> 11h00 contre la future loi "Asile/Immigration"
            -> 14h30 sur la base des revendications syndicales, à la manifestation pour la défense des services publics, initialement proposée par l’intersyndicale des Bouches-du-Rhône CGT/FSU/Solidaires/UNEF. La FSU13 se félicite que cette manifestation soit soutenue par plusieurs partis politiques et associations, mais elle tient à rappeler qu’elle reste attachée au principe de l’indépendance syndicale. 
    - Jeudi 19 avril : la FSU13 appelle à la mobilisation, par des assemblées générales,  des manifestations et y compris par la grève.
     

 

 

171010manif1.jpg


 

 

 

 
Les 10 derniers billets

Communiqué commun de soutien aux cheminots - par Webmaster

Intersyndicale soutien cheminots

 Communiqué commun de soutien aux cheminots 

 
Les organisations syndicales de la fonction publique estiment que le service public ferroviaire doit être maintenu pour l’intérêt commun de tous les usagers et du pays.

Elles rappellent que le statut particulier des cheminots n’est en rien un obstacle à un service public moderne et de qualité. Comme dans de nombreux secteurs,
la qualité du service public dépend avant tout de la mise en adéquation des missions et des besoins des usagers avec les moyens matériels et humains nécessaires.

C’est pourquoi, elles persistent à dire que c’est tout d’abord des choix de politique publique en termes d’aménagement du territoire, d’investissements en matériels,
infrastructures et de personnels qualifiés qui permettront au service public ferroviaire de se développer, s’améliorer et de répondre aux besoins des usagers.

Elles s’indignent également de la communication gouvernementale relayée par certains organes de presse qui veulent opposer le conflit des cheminots
et leurs soi-disant privilèges aux besoins de mobilité des usagers et tentent de minimiser le taux de grévistes et la mobilisation réussie des agents.

Cette communication et les refus réitérés d’ouvrir de réels processus de discussions sur les propositions et les revendications portées par les organisations
syndicales sont le fil rouge de toutes les réformes, y compris dans la Fonction publique. Ainsi, le Secrétaire d’Etat Olivier Dussopt a ouvert la 1ère réunion
sur le dialogue social, un des 4 chantiers voulant « refonder un nouveau contrat social avec les agents publics » en faisant fi de l’opposition unanime
des organisations syndicales de la Fonction publique aux orientations du Gouvernement tant sur la forme que sur le fond.

Ainsi, les organisations syndicales de la Fonction publique apportent tout leur soutien aux cheminots en grève pour défendre le service public ferroviaire
et leur statut.
 
Paris, le 18 avril 2018

... / ... Lire la suite

Publié le 19/04/2018 - 10:23  Prévisualiser  Imprimer l'article 

- par Webmaster

Consultation en ligne sur la réforme du Conseil Economique Social et Environnement

Depuis plusieurs mois, le CESE se prépare à une réforme qui a pour ambition affichée de faire évoluer son fonctionnement et de renforcer la prise en compte des préoccupations et des propositions de la société civile par les pouvoirs publics.

La première étape de cette préparation a été la publication d'un sondage Ifop pour le CESE intitulé "Les Français , la société civile et le CESE" Ce sondage renvoie une image plutôt positive du CESE  même si certains résultats peuvent interroger (seulement 15% des personnes interrogées savent précisément ce qu'est le CESE, et 39% en ont entendu parler sans savoir précisément ce que c'est: cela mérite réflexion ). Il montre également une vision positive de ce que peut être le rôle de la société civile.  Pour le consulter http://www.ifop.fr/media/poll/3991-1-study_file.pdf 

Dans la continuité de cette réflexion, le CESE avec l’institut de sondage l’Ifop met en place une deuxième étape qui consiste en une grande consultation à laquelle tous les membres des organisations représentées au CESE sont  invités à participer. Elle se déroulera  entre le 16 avril et le 16 mai prochain. Cette démarche intervient au moment où se prépare la réforme constitutionnelle qui inclut cette réforme.

Pour ce qui concerne la FSU, nous nous inscrivons dans cette démarche et diffuserons dans toutes nos structures le questionnaire en direction de l'ensemble des syndicats nationaux et leurs syndiqué.e.s.

Répondre au questionnaire ne  prend qu'une dizaine de minutes. Pour y accéder, c’est simple, il suffit de cliquez https://s2.ifoponline.com/a9/cgi-bin/ciwweb.pl?studyname=115411&ID=25

Cette consultation offre  la possibilité de contribuer anonymement à la réflexion sur l’avenir du CESE mais surtout  de donner plus largement un avis sur les rapports entre société civile et pouvoirs publics. Pétitions citoyennes, intégration de citoyens aux groupes de travail, organisation des consultations publiques : cette enquête permettra d’identifier les axes de réforme prioritaires. Elle permettra si le nombre de contributeurs de cerner davantage, les aspirations que nous souhaitons pour le CESE.

Plus vous serez nombreux à répondre au questionnaire, plus les résultats seront pertinents et plus l’enquête aura de répercussions.

... / ... Lire la suite

Publié le 16/04/2018 - 14:59  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Manif unitaire ;-))) - par Webmaster

 

Mateu (CGT13), Ganozzi (FSU13) accompagnés de Berger et Martinez à Marseille !
 
(NB : C'est presque une fake news, les prénoms ne sont pas les bons...)

... / ... Lire la suite

Publié le 16/04/2018 - 07:09  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Interventions violentes desforces de l'ordre - par Webmaster

Les Lilas 
Le 10/04/2018
 
La FSU dénonce les interventions violentes et répétées des forces de l’ordre sur les Campus universitaires
 
A Bordeaux, Strasbourg, Grenoble, Nantes et hier à Paris Nanterre, les forces de l’ordre sont intervenues violemment sur les campus universitaires alors que ni les biens, ni les personnes n’étaient menacées.
L’intervention policière à Nanterre hier a généré des violences importantes: gazage de l’amphithéâtre qui était occupé, étudiant·e·s devant se réfugier sur les toits au péril de leur sécurité,  assemblée générale des étudiant·e·s et des personnels évacuée manu militari entrainant l’arrestation de 7 étudiants.
La FSU demande leur libération immédiate et elle apporte son soutien aux personnels et étudiant·e·s choqué·e·s par la violence de l’intervention.
La FSU condamne la répression dont sont victimes les opposant·e·s à Parcoursup et à la loi Vidal-ORE. Elle rappelle son attachement au respect des franchises universitaires et exige que les universités demeurent des lieux de réunion, d’information, de mobilisation et de débat.
Les Universités sont pour les étudiant.e.s des lieux ou les conditions d'accès et les enseignements dispensés sont facteurs de démocratisation, d’émancipation et de réduction des inégalités, qui doivent être respectés.
 
Philippe CASTEL, chargé des relations avec la presse pour la FSU
06 72 53 91 13 / 01 41 63 27 40 



 

... / ... Lire la suite

Publié le 10/04/2018 - 19:56  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Agenda militant - par Webmaster

 La FSU13 invite tous ses adhérents et sympathisants à se joindre aux initiatives suivantes :
 
  • Lundi 09 avril, 07h45 , Hôtel de ville de Marseille (espace Bargemont) : contre les PPP dans les écoles de Marseille, distribution aux élus pour demander une audience au maire 
  • Mardi 10 Avril : Journée d’étude unitaire, comment combattre syndicalement l’extrème droite 
  • Mardi 10 Avril, 10H , fac Saint-Charles :  Rassemblement contre Parcours sup’
  • Samedi 14 avril, 11H, Manifestation contre la future loi asile/ immigration
  • Samedi 14 avril, 14H : Manif en soutien aux mobilisations en cours et pour la défense du Service Public
  • Jeudi 19 avril, 10h30, Vieux Port : Manif et grève pour la défense des Services Publics et en soutien aux mobilisations en cours

... / ... Lire la suite

Publié le 08/04/2018 - 18:00  Prévisualiser  Imprimer l'article 

M. Gaudin, les écoles ne sont pas à vendre - par Webmaster

 Mr Gaudin, les écoles de Marseille ne sont pas à vendre !

 

La FSU13 soutien la mobilisation contre la procédure de PPP dans la rénovation des écoles publiques de Marseille et membre à part entière du collectif qui s’est formé.

Vous pouvez consulter le site du collectif : http://marseille-contre-les-ppp.fr/

 

Vous y trouverez : 

-          Argumentaires

-          Pétition (sur change.org)

-          Initiatives

-          Revue de presse

-          Vidéos

... / ... Lire la suite

Publié le 08/04/2018 - 17:57  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Les étrangers ne sont pas un danger - par Webmaster

Les étrangers ne sont pas un danger,

mais sont EN danger !

 

immigresConditions de vie déplorables, pauvreté, changement climatique, guerre, violence… Personne ne quitte ses proches, son pays pour le plaisir d’immigrer. Des femmes, des hommes et des enfants risquent tout jusqu’à leur vie, et frappent à notre porte pour trouver refuge. Quelle sera notre réponse collective à ce défi ?  

Le projet de loi « asile immigration » vient amplifier la sévérité actuelle, qui porte déjà fortement atteinte à la dignité et au respect des droits fondamentaux de nombreuses personnes étrangères vivant en France :

  • il affaiblit les garanties et droits fondamentaux et accentuera la maltraitance par les institutions ;

  • il renforce les restrictions, le contrôles et le « tri », à des fins d’empêchement d’entrée ou d’expulsion et de bannissement du territoire. 

Ce projet provoque une vague d'indignation, même parmi des organismes  et institutions : Le barreau de Paris, le syndicat des avocats de France, la Commission Nationale Consultative des Droits de l'Homme, le Conseil d’État, la  Contrôleure générale des lieux de privation de liberté, le Défenseur des droits, tous expriment leurs plus vives inquiétudes et leurs réticences à voir ce texte adopté et mis en application.

Les travailleurs.euses de la Cour Nationale du Droit d'Asile (CNDA) ont fait grève pour dénoncer ce projet de loi qu’ils jugent "dangereux". Deux syndicats de l’OFPRA, l’institution chargée d’examiner toutes les demandes d’asile en France, ont soutenu cette mobilisation.

Ce projet de loi va être examiné, en procédure accélérée, ces jours-ci. Alertons nos parlementaires pour qu'ils ne laissent pas passer ce texte!

Manifestons contre ce projet samedi 14 avril
Rendez-vous à 11h au Vieux Port

Sont signataires de cet appel : Association des juristes pour la reconnaissance des droits fondamentaux des immigres,  ATTAC Marseille, CGT Educ, CCFD-TS, La CIMADE, Ensemble13, EELV 13, Fédération des acteurs de la solidarité PACA Corse, FERC Sup CGT Université Aix-Marseille,  FSU 13 , Génération.s Marseille, Jeunes Générations du 13, JUST (justice et union vers la transformation sociale), LDH Marseille,  , Marche Mondiale Femmes13 Paca, Médecins du Monde PACA, Mouvement de la Paix13,  MRAP13, NPA 13, PCF13,  Rouge Vif 13, RESF13, RUSF13, Syndicat Avocats France  Marseille, SGEN-CFDT Provence-Alpes, SNES FSU 13, SNUipp-FSU13, SPG-CGT Céreq, Sud éducation 13, Syndicat de la magistrature PACA, UL CGT Marseille Centre, UNEF Aix-Marseille, Union Solidaires 13, VISA 13

Merci à Willis from Tunis de nous avoir autorisé à utiliser son dessin

Ce projet passe à côté d’une occasion de s’attaquer réellement à la pauvreté et à la souffrance sociale. Il est fait  pour rassurer une partie de l’opinion inquiète, désorientée, après des années de campagne de la droite et de l’extrême droite contre les migrants. Cette instrumentalisation des migrants vise à faire accepter une  politique libérale et masquer les responsabilités des gouvernements successifs.

 

Les dangers de cette loi liberticide : au prétexte de rendre la procédure plus efficace, il empêche les migrant.e.s de faire une demande d’asile dans de bonnes conditions :
 

Article 5 : le délai pour déposer la demande d’asile est raccourci passant de 120 à 90 jours

  • Cette disposition a un impact négatif sur la procédure et l’accueil.

  • Le.la demandeur.euse d'asile pourrait ne pas choisir la langue dans laquelle il.elle sera entendu.e

  • Le.la demandeur.euse d’asile peut être convoqué.e par tous moyens sans vérifier la bonne réception du rendez-vous

 

Article 6 : la réduction du délai de recours de 1 mois à 15 jours limite considérablement l’accès aux droits des demandeurs.euses d’asile qui ont besoin de temps pour collecter des documents et papiers officiels.

 

Article 8 : la restriction du caractère suspensif de l'appel devant la CNDA risque d’entraîner des expulsions avant la fin de la procédure..

  • Par exemple : des migrant.e.s LGBTI (Lesbienne Gay Bi Trans Intersex) risquent d’être explusé.e.s vers des pays ayant une politique discriminatoire (peine de mort, prison, torture…).

Article 16 : augmentation de la durée maximale d’enfermement en centre de rétention qui passe de 45 jours a 135 jours

  • Le projet de loi du gouvernement ne prévoit même pas de proscrire l’enfermement des enfants qui ne cesse de se développer pour la seule facilité logistique des expulsions.

  • Rien sur l’accès à un titre de séjour pour les dizaines de milliers de personnes qui vivent déjà sur le sol français. Au contraire sanction pénale et non régularisation systématique pour l’utilisation d’« un alias » par des travailleurs sans-papiers.

Imposons le débat de la vérité, du droit et de la fraternité
contre la peur, les murs et l’isolement.

 

 Télécharger le tract à imprimer...

... / ... Lire la suite

Publié le 08/04/2018 - 17:43  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Communiqué : Plus déterminés que jamais - par Webmaster

Intersyndicale



 PLUS DÉTERMINÉS QUE JAMAIS 



Si la mobilisation unitaire, en particulier la forte journée du 22 mars, contraint le gouvernement à opérer quelques replis sur ses projets régressifs, il en maintient cependant l’essentiel. 
En effet, la troisième version – présentée comme la dernière par nos interlocuteurs - du document intitulé « refonder le contrat social avec les agents publics » a certes encore une fois été retouché après la réunion du 29 mars en présence de Messieurs DARMANIN et DUSSOPT. Mais, si quelques formulations nouvelles vont plutôt dans le bon sens, la quasi intégralité des objectifs fixés demeurent inchangés. 
Les organisations syndicales signataires de ce communiqué persistent à penser que le dialogue social a besoin d’instances renforcées pour être plus efficaces, que la précarité de l’emploi est un fléau social et le recours indu au non titulariat est une attaque contre le statut, et que, par voie de conséquence, il faut procéder à un nouveau plan de titularisation, que c’est l’amélioration des déroulements de carrière et de la reconnaissance des qualifications dont on besoin les agents de la Fonction publique et pas de rémunération « au mérite » assise sur des critères antinomiques du service public et que c’est l’accompagnement des personnels dans leurs parcours dans la Fonction publique qu’il faut favoriser et pas leur départ vers le secteur privé. 
Enfin, nos organisations syndicales n’oublient absolument pas le pouvoir d’achat qu’il faut restaurer de manière urgente par des augmentations générales, les créations d’emplois indispensables à l’amélioration du service public rendu et des conditions de travail, l’abrogation du jour de carence. 
Notre engagement unitaire est également celui pour la sauvegarde et le développement des missions publiques. Il n’y a pas de préservation de l’intérêt général sans une Fonction publique pleinement reconnue, pas de service public de haut niveau sans les moyens nécessaires à son fonctionnement, pas de garantie de neutralité et d’impartialité vis-à-vis du citoyen sans un statut rénové et affermi. 
Nous le constatons : les quelques avancées obtenues sont le fait de notre détermination unitaire et de l’action résolue des agents. 
Face à un pouvoir qui, objectivement, refuse toujours d’ouvrir de véritables négociations, la résolution des organisations syndicales est plus forte que jamais. 
Elles apportent à nouveau leur soutien aux différents secteurs mobilisés. 
Les organisations CFE CGC – CFTC – CGT – FAFP – FO – FSU – Solidaires appellent à mettre en oeuvre tout le mois d’avril un processus d’actions et d’initiatives (pétitions, assemblées générales, rassemblements…) qui s’inscrit résolument dans la durée. 
Elles appellent également à construire un nouveau temps fort d’actions et de manifestations dans l’ensemble de la fonction publique (grève, manifestation nationale…) à partir de mi-mai. 
Elles décident de se revoir le 10 avril pour arrêter ce plan d’action avec toutes les organisations syndicales de la Fonction publique qui le souhaitent. 
Paris, le 5 avril 2018. 

... / ... Lire la suite

Publié le 05/04/2018 - 16:23  Prévisualiser  Imprimer l'article 

Communiué : Soutien aux agents SNCF - par Webmaster

 Communiqué de presse - Les Lilas le 3 avril 2018

La FSU exprime son soutien aux agent.e.s de la SNCF en grève

 
Pour la FSU, la contre réforme que compte mener le gouvernement pour l’avenir de la SNCF
ne répond à aucun impératif réglementaire ou financier ni à aucune nécessité de service public. Alors que notre pays a besoin de voir se développer et se moderniser son service public ferroviaire, le gouvernement organise son démantèlement.

Contrairement à ce que propage le gouvernement, les cheminots ne sont pas responsables de la dette de 55 milliards d’euros qui est essentiellement due aux orientations des 30 dernières années au profit du développement exclusif du TGV. 

Ce projet de contre réforme ne répond pas non plus aux impératifs d’aménagement du territoire en remettant en cause l’avenir des «petites lignes». Déjà, depuis plusieurs années, la SNCF a ralenti, parfois stoppé, les investissements nécessaires à l’entretien et aux travaux sur ces lignes. 
Le gouvernement présente cette réforme sous couvert de nécessité de modernisation. Les mêmes promesses d’investissements et de développement avaient été faites pour le Fret SNCF ouvert à la concurrence il y a plus de 10 ans. Or, aujourd’hui le constat est que le transport Fret a été fortement réduit, reléguant aux oubliettes l'amélioration du trafic routier et la réduction de l’empreinte écologique. 

Au même titre que les fonctionnaires possèdent un statut qui permet l’égalité de traitement et d’accès au service public par tou.te.s les citoyen.ne.s, le statut des cheminots et celui de la SNCF (entreprise publique) permettent de ne pas soumettre la sécurité des voyageurs aux seules injonctions du profit économique.

Pour toutes ces raisons la FSU tient à témoigner de sa solidarité pour les agent.e.s de la SNCF en lutte. Elle considère que l'avenir des transports ferroviaires devrait faire l’objet d’un grand débat public. 



Philippe CASTEL, chargé des relations avec la presse pour la FSU
06 72 53 91 13 / 01 41 63 27 40

... / ... Lire la suite

Publié le 04/04/2018 - 07:00  Prévisualiser  Imprimer l'article 

L'école publique n'est pas à vendre - par Webmaster

Appel à réunion publique

Le maire de Marseille a annoncé un plan pour la rénovation des écoles marseillaises. Ce plan prévoit, en 6 ans, la construction ou reconstruction d’une trentaine de groupes scolaires en urgence absolue. Par conséquent rien n’est prévu pour les 400 autres écoles !



Vignette Tract PP

... / ... Lire la suite

Publié le 02/04/2018 - 08:39  Prévisualiser  Imprimer l'article 
 
Congrès FSU 2016
L'actu en image

170920_contrats_aides.jpg
A l'initiative des syndicats de la FSU, à l'appel d'une large intersyndicale et du réseau associatif, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées mercredi 20/9 devant la préfecture à Marseille pour dénoncer la fin des contrats aidés équivalent à plusieurs centaines de licenciements, pour demander que cesse la précarité dans les services publics. 
170912manif.jpg
le 12 septembre à Marseille, de 20 à 30000 manifestants ont défilé contre les ordonnances Macron, pour les droits des salariés, contre les politiques d'austérité, pour l'avenir de la fonction publique.
171019manif3.jpg
Le 10 octobre à Marseille et à Arles plus de 10 000 fonctionnaires ont manifesté, dont un bon tiers dans les cortèges de la FSU 

^ Haut ^